Les âge terribles

novembre 14th, 2012

Dernièrement, j’ai du défendre le bonheur de ma famille : une amie se demandait s’il « vous[, ma famille et moi,] arrive de passer de bons moments en famille? »

Donc, en plus de justifier le contenu de mon blogue par la thématique que je veux y donner, j’ai fais mention des âges terribles.

Les âges terribles selon les anglais : « terrible two », « therrible three », « fucking four » (le dernier est d’une collègue). Et il semble assuré que, en tant que parent, nous allons en vivre au moins une si ce n’est pas les trois.

La particularité d’un âge terrible c’est la durée et la fréquence des crises : trop souvent, trop longtemps.
Trop longtemps, par moment, il semble que la crise n’arrête pas. En prime, il n’y a pas de moyen pour l’arrêter.
Trop souvent, une crise commence dès que l’autre finit. Ou un rien en repart une autre.

Le fait que Chouette soit dans un âge terrible implique que, à la place d’écrire des articles, je profite des moments joyeux pour rire en famille.

Tabou
En espérant que les âges terribles finissent.

Share

Encore encore en vie

novembre 14th, 2012

Eh oui, je refais le message que je suis encore en vie.

Pourquoi ce hiatus ?
Je vais juste mentionné que l’énergie n’y est pas. Le dernier se réveille au moins trois fois par nuit, la première s’époumone pour avoir de l’attention, les corvées ménagères s’accumulent rapidement, les ordinateurs qui sont temporairement hors d’usage, le cours à distance qui s’éternise.

Peut-être qu’un jour, je réussira à être aussi constant que http://www.howtobeadad.com/ ou http://captaindad.org/, que je vous recommande.
Pour l’instant, je publie quelque chose que j’ai écris avant la naissance de mon gars…

Dans le but qu’il ne reste que Chouette
Tabou

Share

Nouveau venu

juin 25th, 2012

Il semblerait que c’était encore le printemps quand le Hibou est arrivé.

Il n’a pas pris de chance, il est sorti rapidement pour ne pas naître en été.

Dans le but qu’il ne reste que Chouette
Tabou

Share

Problème de taille

avril 26th, 2012

Est-ce qu’il a un père dans la salle qui a un truc pour se protéger des accidents « vous savez où » ?

Bien que cela est déjà arrivé (voir Rencontre spéciale, j’ai l’impression que les coups involontaires dans la région des testicules sont plus nombreux depuis quelque temps. Il y a six mois, le risque était principalement au moment de prendre Chouette tandis que maintenant, cela est rendu tout le temps.

J’ai longtemps craint que le problème allait se manifester au moment que la tête arrivait à la hauteur de mes couilles, mais j’ai compris que c’est au moment que le menton arrive à cette hauteur que le risque devient très élevé.
Initialement, il suffit de tourner légèrement le corps pour se protéger d’une charge où sa tête risque de me percuter.
Maintenant, il faut que je sois constamment sur mes gardes. Ce n’est pas la tête le problème, c’est les mains qui se retrouvent à la même hauteur.
* Elle s’agrippe après moi : une chance que mes jeans offrent une bonne protection.
* Elle fait un « High Five » : ouf, j’ai eu le temps de me tourner.
* Elle donne un coup de point : @#$%& de chance que j’ai eu le temps de bloquer.

Le problème se manifeste également lors des (courts) épisodes de cododo. Avant, je pouvais me protéger en changeant légèrement de position : un peu plus haut, un peu plus bas, et mes couilles ne sont plus dans le champ d’action de son pied. Maintenant, je dois changer complètement de position.

Et dernièrement, j’ai découvert le blog de Captain Dad qui parlait de la même chose

Dans le but qu’il ne reste que Chouette
Tabou

Share

À nouveau, suite

mars 16th, 2012

J’aimerais avoir un post mémorable pour vous annoncer que je connais le sexe de #2. Cependant, ma fatigue personnelle fait que c’est tout ce que vous allez avoir.

Chouette-Mère attend un hibou.

Share

Éclairci

mars 16th, 2012

La situation avec Chouette recommence a être plus agréable. Elle ne se lève plus tous les jours avant mon cadran, ou si elle le fait, elle ne me réveille pas.
De même, c’est l’exception, au lieu de la quotidienneté, lorsqu’elle se relève le soir. Et accepte de nouveau de se recoucher sans rouspéter.

Du moins deux semaines après mon épuisement précédent.

En date d’aujourd’hui,  un mois et demi plus tard, je crois que la situation est mieux. Même si on recommence certaines bataille …

Dans le but qu’il ne reste que Chouette
Tabou

Share

Une semaine plus tard …

janvier 27th, 2012

Une semaine plus tard que l’article cododo

Je suis épuisé ce matin. Ma fille se réveille avant nous, depuis un mois.
Et contrairement au fois d’avant, elle ne semble pas vouloir se débrouiller seule ou rester en silence relatif.

Elle vient nous réveiller pour avoir un bol (de céréales), alors qu’avant elle mangeait directement de la boîte.
Elle hurle pour qu’on lui installions un film, alors que j’étais si fier d’elle qui était capable de le faire à ses deux ans.

Résultats : aujourd’hui je suis épuisé et ma femme aussi.
Et malgré cela, je suis en route vers le travail. Je sais que je ne serais pas performant aujourd’hui
, mais une impression de devoir être présent m’a empêcher de rebrousser chemin.

Et en prime, pour aider ma paranoïa (que la situation ne se réglera pas), j’ai en tête des mythes comme les changelings.
Donc, si vous voyer ma fille si courageuse et indépendante, faites-moi signe.

Dans le but qu’il ne reste que Chouette
Tabou

Share

Cododo

janvier 27th, 2012

Je suis enrhumé. La semaine passée, c’était Chouette. Et j’espère que Chouette-Mère n’y passera pas la semaine prochaine.

Ce qui est étrange, c’est que Chouette se lève durant la nuit pour venir dans mon lit. Sur le moment, c’est plus facile et tentant de lui laisser une place et de continuer à dormir que d’aller la remettre dans son lit. Le désavantage le plus marquant, outre le manque de place pour bouger, c’est que dès que le cadran sonne, il faut se réveiller : Chouette n’accepte pas le snooze.

Elle est venue tôt ce matin. Cela faisait un moment qu’elle était là lorsqu’elle a commencé à s’agiter ; il était cadran moins une heure. Je l’ai donc ramenée dans son lit. Encore. Puis je lui ait rappeler de garder le silence quand c’est l’heure de dodo. J’ai été me reposer le reste du temps et elle aussi.

Une heure plus tard, elle était de bonne humeur, contrairement à moi qui était contrarié par le manque de sommeil

Dans le but qu’il ne reste que Chouette
Tabou

Share

À nouveau

janvier 17th, 2012

À nouveau, j’ai appris l’existence d’un être qui me sera cher.
À nouveau, je dois attendre presqu’une année pour le plaisir d’une rencontre mutuelle.

À la différence de la première fois, il y a une petite Chouette pour me prendre mon attention et attendre avec moi.
L’échographie est un peu trop longue pour quelle attende sagement tout ce temps-là, mais je crois qu’elle a apprécié.
Dans mon cas, je trouve cela émouvant lorsqu’on voit enfin la silhouette d’un fœtus en santé.
Bon, les limitations de l’échographie rend l’image un peu grotesque : une mâchoire de squelette, un manque de 3d dans la forme, un bras qui se confond avec le placenta.

Dans le but qu’il ne reste que Chouette
Tabou

Share

Rencontre spécial

janvier 17th, 2012

La semaine passée, Chouette, Chouette-Mère et moi sommes allés au Salon du Livre de Montréal. J’espérais qu’en y allant de semaine, plus-tôt que la fin de semaine, il y aurait moins de monde. J’ai vraiment sous-estimé le nombre d’étudiants et leurs effets comme foule.

C’est dans ce contexte de foule, de bruit,de chaleur et d’humidité que Chouette a rencontré l’auteure qui a inspiré son nom et que j’ai réalisé ce qui n’allait pas lors de nos sorties familiales.

L’auteure a été touchée de savoir que nous avions nommé notre fille selon le personnage principal d’une de ses séries. Une vendeuse de la maison d’édition nous a même donné un chandail (d’une autre série de l’auteure), car nous avons « fait sa journée ». Je n’ai pas plus de détails, car j’étais occupé à courir après Chouette qui avait la bougeotte.

C’est la partie la moins agréable du Salon du Livre pour moi : surveiller Chouette pendant que Chouette-Mère léchait les vitrines. Dès le début, Chouette était turbulente. Et en plus, Chouette-Mère allait regarder les livres de plus en plus loin. Ce qui fait que je n’ai pas eu la chance de bouquiner. Et même de récupérer après un coup de pied involontaire, mais oh fort mal placé.

La révélation est arrivée beaucoup plus tard : au lieu de se séparer, il est préférable de rester ensemble. Quelques jours plus tard, j’ai pu mettre l’opération « magasiner en famille » à l’épreuve. Après un essai, je peux dire que cela semble prometteur. Particulièrement, par rapport au chacun son tour sans changement de garde …

Dans le but qu’il ne reste que Chouette
Tabou

Share