Dérives : premières impressions

mai 5th, 2010

Je viens de recevoir le livre Dérives de Biz. Je n’ai pas encore commencé la lecture. Ceci est donc mes premières impressions en tenant le livre.

J’ai attendu mon tour à la bibliothèque après avoir lu l’article des (Z)imparfaites.
Je crois que je dois être une des rares personnes sans avoir vu l’émission de « Tout le monde en parle » où Biz parlait de son livre ni être fan de Loco Locass qui va lire ce livre là.

Il est beaucoup plus petit que ce que je m’attendais : moins de 100 pages.
La couverture est jolie. On y voit un homme sur un radeau, en plein milieu de marécage. L’endroit semble désolé. Le marais s’étend jusqu’à l’horizon qui a les mêmes teintes turquoise-jaune que le marécage. L’ensemble donne une impression de solitude et de désespoir.
Je n’aurais peut-être pas ramassé le livre au hasard, mais j’aurais probablement été tenté de regarder la quatrième de couverture.

Sur la page de dédicace, on retrouve des citations divers qui inspirent le désespoir et la solitude.

La quatrième de couverture contient un préambule (?) expliquant l’image de la couverture. C’est la place qui indique que l’histoire du livre parle des sentiments d’un nouveau père.

Après, c’est une brève explication sur le style de l’auteur qui « explore le côté obscure de la vitalité qui nous fait tout voir en noir ».

Je m’attend à ce que l’histoire finisse bien, je serai surpris du contraire. Je présume que les sentiments du personnage principal vont être similaire à ce que j’ai vécu. J’espère que cela ne me fera pas pleurer dans un lieu public. J’espère être capable de faire une critique au moins aussi longue que mes premières impressions.

Dans le but qu’il ne reste que Chouette
Tabou

Share

Trackback URI | Comments RSS

Leave a Reply

Name (required)

Email (required)

Site web

Speak your mind